Les différents types de cheminées

Les différents types de cheminées

Coûts d’achat et d’installation, rendement énergétique, sécurité, confort, esthétisme : autant de critères qui accompagnent votre choix en matière de cheminée. Mais connaissez-vous exactement les produits disponibles sur le marché ?

Cheminée à insert et à foyer fermé : similitudes et différences

Pour chauffer votre logement, plusieurs options sont largement supérieures à la cheminée traditionnelle à foyer ouvert :

La cheminée à insert

L’insert est un équipement qui vient s’encastrer dans le foyer déjà existant d’une cheminée. Il a l’immense avantage de ne pas avoir à modifier le bâti et à engager des travaux conséquents. La cheminée à insert présente par ailleurs un rendement énergétique très intéressant, avec des performances en termes de chauffage très élevées.

La cheminée à foyer fermé

La cheminée à foyer fermé se différencie d’une cheminée à foyer ouvert par la porte qui clôt l’âtre. Ce simple dispositif permet des gains en matière de chauffe 5 à 7 fois plus importants. Son installation nécessite un chantier plus important qu’un insert, car elle requiert la construction d’une nouvelle cheminée et la mise en place d’un conduit métallique pour évacuer le gaz à haute température (tubage).

Deux équipements proches mais réellement différents

Les cheminées à insert et à foyer fermé se ressemblent par le fait que :

  • leur foyer est fermé par une porte ou par un vitre ;
  • leurs bouches d’aération sont localisées à la base du caisson, garantissant l’entrée d’air neuf ;
  • leur rendement énergétique est identique.

Mais elles se distinguent par le fait que :

  • l’air chaud de l’insert est évacué frontalement et/ou par l’avant ;
  • l’installation d’un insert peut se faire sur une cheminée existante (pratique pour des travaux de rénovation) ;
  • l’installation d’un foyer fermé prévoit la construction d’une cheminée à part entière (cas de la construction d’un logement neuf).

Le poêle : quel combustible privilégier ?

Le poêle est considéré comme un chauffage d’appoint, idéal pour de petits volumes à chauffer. Ce type de mode de chauffage est plébiscité pour son rendement énergétique supérieur à 80 % et pour sa fiabilité. Il requiert toutefois une logistique précise dans le cadre de son approvisionnement et sa recharge en combustible, ainsi que son emprise au sol et son raccordement au conduit d’évacuation de la fumée.

On trouve sur le marché plusieurs sources combustibles pour alimenter un poêle :

  • le bois (bûches, granulés) : économique, confortable, écologique, mais réclame un raccordement pour évacuer les fumées
  • le pétrole : pas besoin de raccordement, chauffe rapidement et bien, mais risques accrus d’inconfort (odeurs) et d’insécurité (produit hautement inflammable) ;
  • le charbon : combustion plus performante que le bois, mais plus polluante ;
  • le gaz : pas de recharge, équipement décoratif, mais danger plus important (fuite) ;
  • le fioul : chaleur agréable, non sèche, mais risques d’inconfort (odeur) et grande variation des prix du combustible ;
  • le bio éthanol : ne requiert aucun raccordement, design moderne, facile à installer, mais chauffe insuffisante et combustible onéreux ;
  • électrique : adaptable, simple et pratique, mais capacité de chauffe plutôt faible.

Pour tout savoir sur les différentes cheminées, contactez un professionnel apte à vous aider dans votre choix en fonction des multiples critères à prendre en compte : contraintes du logement, budget, accès au crédit d’impôt, type de combustible, performance, etc.

Pour en savoir plus

Articles en relation