Comparatif des combustibles de poêles

Comparatif des combustibles de poêles

Tous les combustibles pour vos poêles de chauffages ne se valent pas. Ils se distinguent par leur prix, leur rendement énergétique et leurs inconvénients. Revenons ensemble sur quelques points de comparaison.

Le bois : écologique et performant

Les poêles à bois offrent un rendement énergétique oscillant entre 70 et 80 %, garantissant une autonomie de chauffe supérieure à 10 heures. En tant que combustible, le bois peut se présenter sous plusieurs formes :

  • bûches ;
  • bûchettes reconstituées ;
  • granulés ;
  • plaquettes.

Taux d’humidité

Notez qu’en termes de taux d’humidité, les bûches sont les moins avantageuses avec un niveau compris entre 25 % et 35 %. Sur ce sujet, les granulés (< 10 %) et les bûchettes reconstituées (< 6%) sont les combustibles les plus secs, donc les plus rapides à s’enflammer.

Pouvoir calorifique

Là encore, la bûche traditionnelle (même très sèche) est la moins avantageuse (1,5 à 2 kWh / kg). Les plaquettes forestières atteignent entre 2,8 et 4 kWh / kg, alors que les bûchettes reconstituées et les granulés sont encore les plus performantes (> 4,6 kWh / kg.

Prix (en € / tonne)

Le combustible a un coût, et c’est la tonne de bûches qui est cette fois l’option la plus intéressante avec un tarif moyen de 90 €, contre 100 € pour les plaquettes forestières, 280 € pour les granulés en vrac et 300 € pour les bûchettes reconstituées.

Le bois comparé aux autres combustibles

Le bois est un matériau combustible écologique, facilement accessible en France, pays possédant le plus grand parc forestier européen. Pour la production d’1 kWh de chauffage, le bois coûte 50 % moins cher que le fioul et 40 % moins cher que le gaz naturel. Ainsi, l’investissement dans l’achat d’un poêle de chauffage alimenté au bois est amorti sur une courte période de 2 à 4 ans.

En ce qui concerne le rejet de dioxyde de carbone, le bois est 4 fois moins polluant que l’électricité, 5 à 6 fois mois que le gaz et 10 fois moins que le fioul. De plus, le rendement énergétique des appareils est en hausse (> 80 %), ce qui permet aux propriétaires de pouvoir postuler au crédit d’impôt pour la transition écologique (30 % du prix d’achat du matériel), contrairement au bio éthanol, au charbon ou au gaz.

En passant un bond de 50 % à 70 % en termes de rendement, la consommation en bois diminue de 30 % et les émissions d’éléments polluants chutent de 1 % à 0,3 %. Enfin, sachez que le prix du bois s’établit en moyenne à 0,05 € / kWh, contre 0,06 à 0,15 € / kWh pour le gaz naturel, 0,11 € / kWh pour l’électricité et 0,25 € / kWh pour le bio éthanol.

Les autres combustibles

  • le gaz naturel : séduit une clientèle plus urbaine par l’esthétisme des poêles, le confort d’usage, la facilité à l’installer et le rendement supérieur à 90 % ;
  • l’éthanol : intéressant pour disposer d’un chauffage d’appoint esthétique, sa performance est faible et l’installation nécessite une bonne ventilation ;
  • l’électrique : facile à installer mais faible rendement ;
  • le fioul : chauffe rapide et puissante mais présente des dangers d’intoxication ou de brûlures ;
  • le pétrole : chaleur longue et diffuse mais peu écologique, équipement imposant et requérant une vigilance sur la sécurité ;

Pour tout renseignement, il est recommandé de passer par un professionnel certifié RGE.

Pour en savoir plus :

Articles en relation